Ένα αφιέρωμα-φόρος τιμής σε έναν από τους κορυφαίους δεξιοτέχνες του κλαρίνου που ανέδειξε η περιοχή μας.

Όλοι περίμεναν σαν μικρά παιδιά να έρθει ο “δάσκαλος” και να ανέβει πάνω στο πατάρι και με τις μεθυστικές του νότες να ξεκινήσει το πανηγύρι, ο χορός και η διασκέδαση. “Ήρθε, ήρθε” φώναζαν χαρούμενοι κι εκείνος ξεχώριζε από μακριά με το λευκό κουστούμι, το περιποιημένο μουστάκι του και το αψεγάδιαστο μαλλί του.

Σείονταν τα χωριά της Αιτωλοακαρνανίας, το Ξηρόμερο και όλη η περιοχή με τις γλυκές μελωδίες του Γιάννη Βασιλόπουλου που περήφανα στέκονταν μέχρι το πρωί στα πανηγύρια για να καθοδηγεί με τους ρυθμούς του τον χορευτή, γινόταν συνεργός του πάθους του, για να τον βοηθήσει να βγάλει από μέσα του την πίκρα και τον σεβντά του. Εκεί, ακούραστος και ανεξάντλητος…

Le grand clariniste est né 1939 à Agrinio, avec une gitane gitane de Messolonghi et est issu d'une famille de musiciens traditionnels. Les premières leçons ont été prises par son père Giorgos Vassilopoulos et par ses oncles Kostas et Grigoris. Il a été influencé par les vieux clarinistes, tels que Charalambos Margeli, Kostas Fuskopoukas (père d'Aristides Moschos), Vassilis Turkovasilis et Vagios Malliaras.

Ainsi, à l'âge de huit ans, il prenait la route familiale du Clarin, mais il avait un grand talent ingénu parce qu'il n'avait peut-être pas pu lire les notes, mais grâce à son incroyable mémoire musicale, il pouvait jouer dès la première écoute. Parlant pour son jeu et pour son amour dans cet instrument, il avait dit un jour: «Le salaire était des drachmes 30-60 au début de 60. Maintenant, je suis le prénom et c'est analogue. Je suis autodidacte et quand je joue de l'instrument, je donne mon âme. Comme j'aime mon enfant, j'aime mieux l'instrument. Je joue du LA Clarinet, c'est plus correct que le NTO, ça ne dérange pas l'instrument, LA est douce. La clarinette "Je n'ai pas eu de drachmes 100 dans un sac de valaque. C'est sur l'instrument 100. L'homme ne savait pas ce qu'il m'a donné. Tout dans la clarinette souffle et respire. L'explosion doit être "doigts avec les doigts, sinon" sinon les prêtres et ailleurs ses vêtements ". Respirer du nez tout seul. Seulement je peux comprendre. Si l'auditeur le sent, allez, gâtez le morceau. "

On dit qu'il a découvert George Papasideris qui est allé à Athènes à l'âge d'années 18 et joué par Tasia Vera Sophia Kollitiri, John Constantine, Dimitris Zachos et al D'une certaine manière, Stelios Kazantzidis le connaît qui est allé en Colombie et a collaboré avec lui. Commence alors une spoudaiadiadromi et participer à folklorique locale et des chansons d'art enregistrements dernières années de 50 Stelios Kazantzidis, Giorgos Papasideri Takis Karnavas, George Dalaras, Eleni Vitali, Glykeria, avait travaillé avec des compositeurs - Vassilis Tsitsani George Zambetas Stavros Xarchakos (joué sur l'album « la Grèce Melina) - accompagner et avait de grands noms de la musique populaire, y compris le Katy Gray, Lydia Giota, Manolis Angelopoulos, Panos Gavalas George Chatziantoniou, Poly IId e, le cuivre Lakis.

Outre ses participations dans des enregistrements de centaines, plusieurs dossiers ont été publiés sur 45 et 33 tourne avec des solos de John Vasilopoulos, la « Columbia », le « Minos », etc. pistes solo de C. Vasilopoulos est imprimé sur les disques The Golden Clarinet »(1976),«Folk Solistes»(1985) dans les productions modernes. Le 1995 a publié un album mémorable intitulé « Les larmes de Marie-Madeleine, » qui contient le « Lament » (minutes durée de 28, enregistrement 1977) et « poste » (durée 17 minutes enregistré le 1995) sur des hymnes du vendredi saint.

Το μυστικό της… κλεφτής ανάσας

Lakis Halkias, fils de haut Tassos Chalkias et admirateur de la musique originale, a dit dans le passé: « John Vassilopoulos avait un autre secret technique impressionnant tant d'autres. Était-ce le souffle voleur, ils disent que ce fut l'un des secrets de vieux musiciens qui, tout en soufflant (exhalant) de la bouche pour travailler la clarinette, tandis que le nez a l'air (inhalation) et rempli leurs poumons. C'était un miracle, et pourtant ces gens ont fait des choses incroyables! Comme ça, si quelqu'un pris autre à jouer de la clarinette Yiannis Vassilopoulos, elle n'a pas bonne note. Pourtant, quand il l'a attrapé lui-même et a joué, il était tout-en-un! "

John Vassilopoulos fimistike les deux sens « orientale » unique de jeu de et pour les rares qualités musicales « spéciales » ( « l'oreille » et « mémoire »), ce qui lui a permis, bien qu'il ne savait pas lire les notes, mémoriser immédiatement tout musique avec tous les détails.

Il avait dit l'incident suivant: "Mikis Theodorakis m'a un jour appelé et Giannis the Petsas (guitare) m'a pris et j'ai été emmené. Quand je suis allé au studio, c'était 30 avec des musiciens 40 et Mikis Theodorakis "m'a donné le score et je dis à Yiannis:" Qu'est-ce qui me donne ici? Il "m'a donné un score". "Maestro, il ne lit pas les notes", lui dit Yiannis, et Mikis voulut me chasser et, assis sur son piano, je lui dis: "Maître, jouez et je jouerai". "Mikis se perd et se retourne et dit:" Comment est-il possible de tenir tant de voix dans son esprit? "" Au moment où nous irons à Thessalonique, "dit-il," je t'apprendrai de la musique ". Pendant ce temps, il a été attrapé - et je n'ai pas eu la chance de pouvoir lire avec lui. "

Les sons musicaux

Ο Γιάννης Βασιλόπουλος λάτρευε την βυζαντινή μουσική και πάντα όταν έβρισκε ευκαιρία, άρχιζε να παίζει μελωδίες από βυζαντινά τροπάρια και μετά αυτοσχεδίαζε. «Από μικρός μ άρεσε η βυζαντινή μουσική», έλεγε. «Παίρνω το όργανο, συγκεντρώνομαι και κατεβάζω αυτά που θέλω και πατάω στους δρόμους της βυζαντινής μουσικής Ραστ Σαμπάχ Ουσάκ Νέβα Γιαβέντι».

Il a joué à la fois populairement et populairement, sans confondre les espèces et les frontières. Et le temps de mariage (la situation qu'il considérait comme une grande école pour l'organiste) ou le festival est venu et folk ou laikofani, qui, année après année ont étendu leur territoire et ont réussi comme si ils les élèvent, il les aime. Et "Helios" a également joué "Rast" et inoubliable en solo.

Το κλαρίνο που θα είναι για πάντα στην μνήμη μας

Πόσες και πόσες νύφες ξεκίνησαν τη ζωή τους με τους ήχους του Γιάννη; Πόσα και πόσα πανηγύρια, ονομαστά στη Πεντάλοφο και στο Μοναστηράκι δεν έγραψαν ιστορία; Γιατί οι Μεγάλες Παρασκευές στις εκκλησίες, οι εκκλησιαστικοί του ύμνοι; Οι διασκευές του – το αγριολούλουδο- τα υπέροχα σόλο του -Σαν της Άνοιξης Λουλούδι-

Ce n'était pas une clarinette ordinaire, c'était différent, le singulier, le son de l'unique, dans mille sons d'une clarinette, son propre distingué, il est Vassilopoulos, vous avez dit ...

Ο αείμνηστος Γιάννης Βασιλόπουλος ήταν άνθρωπος που του άρεσε να είναι πάντα καλοντυμένος. «Μ” αρέσει το ωραίο ντύσιμο, το βρήκαμε από τη γενιά του πατέρα μας», έλεγε. «Είναι παράδοση. Ο άνθρωπος δε ζει για να γεμίζει την κοιλιά του, αλλά για να μοσχοβολάει». Κι ακόμη τα μέρη που έπαιξε κλαρίνο μοσχοβολάνε από τις μουσικές είναι καλά εγκλωβισμένες στα αυτιά μας, μα πάνω απ’ όλα στην ψυχή μας. Και δεν πρόκειται να δραπετεύσουν ποτέ…

Il est décédé le vendredi 4 / 2 / 2011, vaincu par le cancer, à l'âge de 72 années. Ses parents et amis lui ont dit le dernier au revoir au cimetière des Saints Anargyroi.