La iAitoloakarnania.gr accueille une personne avec un grand voyage vers la tradition, une interview unique et polyvalente.

Entretien avec Thanasis Bika
Date de publication: 11.05.2017

Πρόκειται για έναν από τους ελάχιστους «φύλακες» της παράδοσης και τους «φάρους» πολιτισμού του νομού μας με πανελλαδική αλλά και, σε πολλές περιπτώσεις, παγκόσμια εμβέλεια.

Ο Νίκος Πλακίδας γεννήθηκε το 1965 στην Κατοχή Μεσολογγίου και d'un jeune enfant a montré son amour pour la tradition folklorique des Oiniads et, par extension, Aitoloakarnania.

Από τα εφηβικά του χρόνια, άρχισε να μαζεύει αυθεντικές φορεσιές, να μελετά τον τρόπο κατασκευής τους, αλλά και να πρωτοστατεί σε έθιμα του τόπου, πανηγύρια και παραδοσιακές γιορτές.

Έτσι, εγκατέλειψε από μικρός το σχολειό και τα “γράμματα” και αφού δούλεψε για λίγο σιδεράς και σε συνεργείο αυτοκινήτων, τελικά για εκείνον μονόδρομος ήταν η τέχνη της βελονιάς που σήμερα τείνει να εκλείψει.

Άρχισε σιγά-σιγά να στήνει το εργαστήρι του, όπου με το μεράκι του και την αγάπη του για την ελληνική φορεσιά, έχει κερδίσει εκ του αποτελέσματος τον σεβασμό και τον θαυμασμό τόσο από διάφορα μέρης της Ελλάδος, όσο και από Έλληνες ομογενείς.

Παρεμπιπτόντως, έχει ταξιδέψει σε 22 χώρες ενώ έχει εκθέσει σε 18 χώρες, όπου υπάρχει έντονο ελληνικό στοιχείο και φιλελληνισμός. Επίσης, σil collabore avec les musées du folklore, les collectionneurs, le folklore, le théâtre Dora Stratou et les lycées de femmes grecques.

Aitoloakarnania compte plusieurs costumes au Vlach Aitoloakarnania porté dans six villages valaques et a toutes les pièces brodées, simple plataniotikia en Nafpaktia montagneuse, le Sarakatsana a de Evrytania, uniformes Messolonghi et Etoliko.

Σήμερα, ο Νίκος Πλακίδας είναι ένας από τους λίγους ελληνοράπτες: ράβει δηλαδή παραδοσιακές ελληνικές φορεσιές, ενώ κατασκευάζει κοσμήματα γι’ αυτές, όπως και αντίγραφα από όπλα και γιαταγάνια. «Είμαστε 6-7 σε όλη την Ελλάδα. Υπάρχουν βέβαια και εκατοντάδες κομπογιαννίτες» δηλώνει με κατηγορηματικό ύφος.

Μια βόλτα από το μοναδικό εκθεσιακό χώρο και το βεστιάριο με φορεσιές, κοσμήματα και υποδήματα από όλη την Ελλάδα θα σας πείσει για το μεγαλείο αυτού του ανθρώπου.

Pour le moment, appréciez Nikos Plakidas de ses mots ...

Tant d'années dans la tradition, la culture, le folklore. Vous sentez-vous plein?

«Καταρχήν είμαι αγράμματος. Τετάρτη Δημοτικού, Πέμπτη, Παρασκευή, Σαββάτο, σχόλασε (γέλια). Κοιτάξτε, όσα έμαθα ήταν αρχικά από αγάπη και στη συνέχεια ήρθε η πείρα. Όταν κάτι το αγαπάς πραγματικά, θα σε αγαπήσει και αυτό. Η παράδοση είναι μια επιστήμη ολόκληρη, η λαογραφία είναι μια άλλη επιστήμη που δεν την ξέρω. Πάντως νιώθω γεμάτος από εμπειρίες, γνωριμίες και συναισθήματα».

Πως κρίνεις από την σκοπιά σου τη νέα γενιά; Μπορεί να επωμιστεί την ευθύνη της διαφύλαξης των παραδόσεων και των εθίμων;

"La vérité est que la nouvelle génération recherche. Dans toute la Grèce j'ai trouvé des clubs remarquables avec des noyaux de jeunesse. Les jeunes, les filles ou les garçons qui montrent de l'intérêt et sont activement engagés dans des activités. Le même phénomène que j'ai remarqué à l'étranger, avec des enfants de vingt ans connaissant des détails sur la construction de costumes, coutumes, chants et danses. Je n'aime pas le désastre, je crois en la jeunesse. "

Nikos Plakidas à la réception de son atelier

Les coutumes sont-elles respectées? Es-tu satisfait?

"Maintenant, c'est une autre affaire. Les coutumes et les coutumes sont conservées, mais un peu minable. Le folklore, le visionnement et la projection personnelle nous conduisent à l'autodestruction. Nous avons à peu près gâché les costumes, la musique, les danses. Et il est dit par un homme qui est passé d'un petit garçon à toutes les fêtes et a entendu des noms lourds que la plupart ne sont plus parmi nous. La même chose qu'avec les costumes, comme ils vont et descendent par rapport au passé. C'est le chemin. J'ai une mesure de comparaison et je crois que bien que je les garde, nous les avons dans la brume. Par exemple, si je fais une petite intervention sur une copie d'un vieux bijou, alors j'aurai déformé son histoire. Si le prochain fait encore une intervention dans le futur, alors vous imaginez que le nouveau bijou n'aura aucune ressemblance avec sa forme originale. Certaines traditions et générations sont modifiées d'une manière ou d'une autre. "

Nous vous voyons, chaque année, pour dominer les Fêtes de Sortie. Est-ce un mémorial entièrement hellénique pour les combattants grecs, êtes-vous heureux de la participation?

"La vérité est que chaque année beaucoup de gens se rassemblent, mais la qualité tombe constamment sur le thème de la robe. J'ai vu cette année (en 2017), à savoir la procession est le point culminant du Festival de sortie des costumes portant des baskets ou improvisées. Donc nous ne nous respectons pas et n'honorons pas les combattants. Ce n'est pas un défilé, c'est un carnaval. J'ai perdu mon excitation des temps anciens, je participe symboliquement et je me retire lentement, les jeunes enfants doivent prendre le péage. "

Le "capitaine" de Messolonghi

Où en Grèce vous distinguerez-vous par votre zèle à la tradition?

«Το λέω, το χαίρομαι και τους βγάζω το καπέλο. Η Όλυμπος Καρπάθου».

Préfecture d'Aitoloakarnania. Comment jugez-vous les potentiels en général?

«Στην Αιτωλοακαρνανία υπάρχουν ανεκμετάλλευτες ομορφιές που δεν είναι ευρέως γνωστές. Διάσπαρτα στο νομό υπάρχουν εκατοντάδες στολίδια, όπως καταρράκτες, γιοφύρια και κυρίως καταπληκτικοί και φιλόξενοι άνθρωποι με ενδιαφέρουσες ιστορίες. Έχουμε βέβαια και όμορφα έθιμα που τα παρατάμε και δεν τα προβάλλουμε όπως θα έπρεπε».

Nous voyons que vous avez affaire à des enregistrements d'histoires et de chansons par des personnes âgées. Est-ce votre passe-temps ou pensez-vous en profiter?

"Oui, je suis impliqué dans mon temps libre, sans beaucoup de connaissances. Je le fais avec un goût sans aucune faisabilité. J'apprends des grands-parents et des grands-parents, ce sont des universités. J'ai enregistré trop de corrida et quand je les entends, ils me rappellent mon enfance. Je ne suis pas jeune, je me souviens de ma grand-mère feignant. C'est un petit flashback pour moi. "

Une grand-mère qui vous a frissonné?

"Elle est une grand-mère qui, malgré les problèmes de santé et les finances, ne le laisse pas tomber et la chanson donne et arrive chez elle."

Dans le spectacle de Grigoris Arnautoglou (à gauche), avec notre compatriote présentateur en France Nikos Aliaga (à droite)

Ανέφερες πριν τα πανηγύρια και τους οργανοπαίχτες και γενικά έχεις ακούσει και καταγράψει πολλούς μουσικούς του παρελθόντος. Η Αιτωλοακαρνανία έχει παράδοση στη μουσική, σήμερα σε ικανοποιεί το επίπεδο των μουσικών και η διασκέδαση στα πανηγύρια;

"A un moment donné, Aitoloakarnania avait les meilleurs chœurs municipaux et aujourd'hui nous sommes incapables de trouver une clarinette pour jouer dans la joie ou nous devons payer pour la musique. Maintenant, pour les festivités, ce n'est pas le cas. "

Vous avez voyagé dans différentes parties du monde. Quelles sont les images qui ont été gravées, que retenez-vous de ces voyages?

«Έχω ταξιδέψει σε 22 χώρες. Χαρακτηριστικά, θυμάμαι το 2001 όταν ήμουν στο αεροδρόμιο και αναχωρούσα από την Αυστραλία όπου πήγα για μια έκθεση φορεσιών. Δάκρυσα με τον αποχαιρετισμό που μου επιφύλαξαν περίπου είκοσι Έλληνες ομογενείς, αυτό λεει πολλά. Επίσης, στον Καναδά, άνθρωποι μεγάλης ηλικίας, très excité de voir les vêtements qui portaient les jeunes, venant et m'embrassant pour la mémoire que je "leur ai vécue". Nous avons parlé des heures de ses expériences et coutumes avant de partir pour le long voyage. Je n'oublierai pas même les jeunes de troisième génération qui "avaient soif" d'apprendre des détails sur leurs costumes et leurs particularités. "

Dans quelle mesure la crise économique et la tradition en général vous ont-elles affecté?

"Regardez quand l'autre n'a pas d'huile à la maison, fait ses courses ou envoie le tutoriel de son enfant, il est difficile de coudre sa propre tenue, et il n'enverra guère à son enfant d'apprendre à danser. En effet, la tradition a été influencée autant que tous les lieux et la Grèce en général ".

Pensez-vous que la crise économique a fait tomber le plongeon spirituel? Ou la crise économique et sociale a-t-elle provoqué l'effondrement économique?

"La crise spirituelle a provoqué l'effondrement économique".

Est-ce que les politiciens finissent par mourir? Citoyens? Ou les deux?

"C'est de notre faute si nous votons et les tolérons. Nous dormons. "

Vous vivez dans un village, l'Occupation, et vous vivez directement les problèmes de la communauté locale. Qu'est-ce qui devrait changer?

"Changeons-nous".

Entrer dans votre laboratoire est perdu! Si autorisé, combien de costumes avez-vous?

"J'ai des costumes 1.200 pour hommes, femmes et enfants de différentes régions de Grèce. Véritable, authentique qu'ils étaient habillés par des femmes pour les porter une fois dans leur vie: Quand ils deviennent une épouse! Certains d'entre eux, bien sûr, les portaient un an avant d'être enfants. J'ai aussi beaucoup de copies que je garde. De la bijouterie au costume pour moi, tout est important. Et le simple et le brodé a sa propre histoire unique ".

Le détail, la passion, le passé intense et l'offre insurmontable dominent l'atelier des costumes folkloriques et des bijoux de Nikos Plakida

Qui t'a aidé dans ton passage?

"George Constas m'a aidé avec la création de bijoux. Bien sûr, d'autres personnes qui ne vont pas leur dire parce que je crains de ne pas oublier quelqu'un. Mais j'ai aussi eu des obstacles sur mon chemin. Mais même ces obstacles que certaines personnes avaient l'habitude de me faire, ils m'ont fait du bien. Oh, n'oublions pas de dire qu'ils m'ont beaucoup aidé du théâtre grec de Dora Stratou ".

Lisez à propos de: Avec le succès de la retraite My Costumes de Nikos Plakidas

Quel théâtre des pays grecs "Dora Stratou" a organisé des événements en votre honneur. Elle t'a aussi honoré L'UNESCO, le président de la République et divers clubs à travers la Grèce. Tout cela signifie pour vous?

«Όταν το θέατρο ελληνικών χωρών «Δόρα Στράτου» που λειτουργεί 64 χρόνια, με 2.500 αυθεντικές φορεσιές, δηλαδή ο ναός της παράδοσης και του χορού, με τιμά είναι τεράστια ικανοποίηση για μένα. Ακόμη, όταν ο Παγκόσμιος Οργανισμός της UNESCO, το τμήμα χορού της, που εδρεύει στο Παρίσι, κάνει εκδήλωση στην Αθήνα για να με τιμήσει, δεν είναι λίγο. Δεν καβαλώ το καλάμι, αλλά νιώθω ότι υπάρχει έργο και αυτοί που ξέρουν το αναγνωρίζουν».

Nikos Plakidas avec le Président de la République (1985-1990) Christos Sartzetakis

Vous êtes modeste, mais la vérité est que vous avez une portée pan-hellénique. Comment voulez-vous que le monde se souvienne? Le Plakida qui ...

"Le Plakid qui porte les vêtements. Et qui portait le costume grec, plus que ses vêtements. Ceci Rien d'autre. "

Cela vous dérange-t-il ce qui va vous arriver quand vous partez?

"Pour vous dire la vérité, oui! Je ne vois aucun désir d'apprendre l'art et de soutenir toute cette création. C'est quelque chose qui me regrette et ça me trouble. La seule chose positive est que j'ai discuté récemment pour en faire usage. "

Que voulez-vous dire aux lecteurs de vos amis qui lisent vos dictons?

"L'amour pour la tradition et bien sûr la patrie".

___________________________________________________________________

Το ηλεκτρονικό περιοδικό iAitoloakarnania.gr ευχαριστεί τον Νίκο Πλακίδα για την συνέντευξη και του εύχεται πάντα να μας κάνει υπερήφανους με τα δημιουργήματά του και να ταξιδεύει την Αιτωλοακαρνανία σε όλο τον κόσμο.

Διαβάστε ακόμη…